Articles avec le tag intestin grêle
HYPERSENSIBILITE & DEUXIEME CERVEAU

Savez-vous qu’en réalité, nous avons 3 cerveaux ?

  • un cerveau dans notre tête , comprenant le cerveau reptilien, le système limbique et le cortex. Il contient 100 milliards de neurones.

  • un cerveau dans notre ventre, avec 200 millions de neurones, plus que dans le cerveau d’un chien.

  • un cerveau dans notre cœur , comptant 40.000 neurones et dont le rôle est de gérer au plus près le rythme cardiaque et le fonctionnement du cœur.

Les 3 cerveaux communiquent, échangent des informations entre eux et sont autonomes.

bande.1.PNG

Dans notre vision occidentale, le 2ème cerveau désigne les intestins ( intestin grêle et gros intestin). En MTC, le cerveau entérique prend la première place alors qu’en Occident, nous avons laissé le cerveau de la tête prendre le dessus et être le chef !

1-2.cerveau.PNG

L’un comme l’autre ont un système de neurotransmetteurs. Certains de ces neurotransmetteurs sont excitateurs (comme la dopamine et l’acétylcholine) et d’autres sont inhibiteurs ( comme la sérotonine et le GABA) . La sérotonine, hormone de la détente et du bien-être, est produite à 85 % dans l’intestin grêle et prend part aux échanges entre le cerveau et l’intestin, via le nerf vague.

La sérotonine régule l’humeur, l’anxiété et le comportement : elle est une clé fondamentale pour vivre plus sereinement et plus harmonieusement. Le taux de sérotonine influencerait sur notre humeur et les pensées négatives ou positives influenceraient à leur tour le taux de sérotonine. Cela va donc dans les 2 sens.

La sérotonine est la seule neuro-hormone pouvant empêcher ou arrêter l’augmentation de la production de cortisol, d’adrénaline et de noradrénaline, qui sont toutes les 3 des hormones du stress. Et tout cela se passe essentiellement dans notre ventre !

2ème.cerveau.PNG

On comprend dès lors qu’il est essentiel de prendre en compte l’axe intestin - cerveau.

cortex.PNG

Regardons de plus près : le système nerveux central (le cerveau) et le système nerveux entérique (intestin grêle) se ressemblent dans leurs circonvolutions et communiquent entre eux via le nerf vague. C’est juste fascinant !

¨2ème cerveau.PNG

La fonction de l’intestin grêle est de trier les informations, puis de faire un travail d’assimilation et d’absorption, avant de rejeter les déchets dans le gros intestin. Ce sont des informations au niveau nutritionnel tout d’abord, mais également de type émotionnel, comme pour tout le système digestif. Les expressions comme “j’ai de la peine à digérer cette histoire”, “j’ai le ventre noué”, “j’ai une boule au ventre” nous rappellent que nos émotions sont logées dans notre ventre. Quand on a une sensibilité digestive, il est judicieux de s’aider avec de l’huile essentielle de cardamome, qui va non seulement nous aider à digérer (gérer 2 fois) mais surtout à intégrer et assimiler les expériences de vie. Elle est vraiment une incontournable, à respirer et à ingérer !

La particularité de l’intestin grêle, ce sont ses incroyables villosités permettant l'amplification des processus d'absorption par augmentation de la surface intestinale et donc du nombre de cellules. D'une longueur moyenne de 6 mètres, l’intestin grêle augmente sa surface de contact entre les nutriments et la paroi jusqu'à 250 mètres carrés.

Il n’est décidément pas banal, cet intestin grêle : il donne l’impression d’avoir une véritable profondeur cachée. ll est aussi “relié” à l’ombilic, vestige de notre arrivée sur terre, l’ombilic faisant face à un point essentiel d’acupuncture , appelé Ming Men, la porte de la vie ou porte de la destinée. C’est également dans cette zone du ventre que se déploie notre hara ou Dan Tien, à 3 cm en-dessous de notre nombril ! Quelles richesses autour de notre ventre !

M.MEN.PNG

Oui ! Et alors ?

Pratiquer la kinésiologie en incluant cet axe et en questionnant le 2ème cerveau est devenu juste une évidence pour moi ! Le traditionnel “je demande à ton cerveau un oui clair / un non clair” ( questionnement de base pour entrer dans le testing musculaire propre à la kinésiologie ) est désormais suivi dans ma pratique - et ceci depuis plusieurs années - d’un même questionnement et recherche d’informations au niveau du 2ème cerveau ! J’avais depuis ma formation complémentaire de nutrithérapie pressenti cette piste. Et un jour, je me suis lancée ! Avec des résultats incroyables, car en accord avec ceux qui viennent me rencontrer !

En effet, face aux enfants actuels, le plus souvent (hyper)sensibles, véritables éponges émotionnelles et énergétiques, il était important de se mettre en résonance avec toute cette subtilité qui leur est propre. Ces enfants ont des antennes très développées : ils sentent et captent les ambiances et les gens. Ils plongent dans les failles et les faiblesses des adultes. Ils sont exigeants, car ils obligent leurs parents et les adultes qui les accompagnent à être parfaitement ancrés, alignés, cohérents. Ce sont clairement des enfants qui viennent faire évoluer le monde et qui sont des éveilleurs de conscience.

Je cite ici Jeanne Siaud- Facchin qui résume en quelques lignes l’essentiel :

“L'intelligence est d'abord perceptive. Elle capte avec tous les sens les moindres murmures du monde. Elle perçoit l'invisible, l'infime. La sensibilité c'est la porosité au monde, aux autres, à la vie. La sensibilité c'est ce qui enrichit nos vies à chaque instant de tout ce qui s'y trouve, là, maintenant, juste là,. C'est une force immense, mais une force fragile. Percevoir un regard, un non-dit, sentir une ambiance trouble, saisir une parole fausse, capter une mimique qui contredit les mots, être touché jusqu'au fond de soi par l'émotion d'un autre, ... L'hypersensibilité c'est la présence au monde avec tous les sens grands ouverts.”

“Cette sensibilité qui est une porosité “ : si nous maltraitons notre intestin grêle, en mangeant n’importe quoi et en n’écoutant pas les signaux que le corps nous envoie, il arrive qu’un jour, l’intestin devienne poreux, ayant perdu sa capacité à faire le tri entre ce qui est à garder ou à rejeter ! C’est la porte ouverte aux intolérances alimentaires ! Quand le ventre va mal, le cerveau ne peut aller bien !

Souvenons-nous que l’intestin grêle a aussi un rôle essentiel dans l’apprentissage (apprenti- sage scolaire et de vie) : tout ce que nous devons apprendre a plus ou moins bon goût (bouche) , est quelquefois lourd ou difficile à digérer, (estomac) puis doit être assimilé (intestin grêle) , avant de le relâcher ou l’éliminer (gros intestin). Le véritable travail autour de l’apprentissage, c’est celui d’appropriation de la matière : c’est faire sien !

pt Karaté.PNG

Au niveau énergétique, le méridien de l’intestin grêle nous enseigne à apprendre de nos propres expériences, à tirer une leçon de vie .

Pas étonnant qu’un des points clés pour démarrer une séance de kinésiologie et basculer sur un “oui et un non” clairs, c’est le fameux point karaté (Intestin Grêle 3).

Revenons aux enfants hypersensibles : ces enfants captent des informations de cerveau à cerveau, de coeur à coeur et de ventre à ventre ! Ils ont la capacité à sentir à la place de l’autre, et à être totalement en empathie et en connexion ( ou en rejet, quand cela ne passe pas !) .

“La sensibilité, une force immense, mais une force fragile” selon Jeanne Siaud-Facchin. Mon amie et co-animatrice des ateliers sur les enfants hypersensibles, Aline Fridez, ajouterait que le défi, c’est justement de faire de cette hypersensibilité une force. C’est ainsi que l’on quitte le rôle de victime, pour devenir pleinement acteur de sa vie et écrire sa légende personnelle !

Et si la fragilité et la force se trouvaient au même endroit ? Simplement dans notre ventre. La MTC l’a compris depuis des millénaires : il est essentiel de prendre soin de notre ventre (que ce soit au niveau alimentaire ou émotionnel) .

Nous venons du ventre maternel, et une fois sur terre, il serait bon d’apprendre à nous y installer et à rester connectés à son énergie.

Et concrètement dans ma pratique de kinésiologue ?

Je commence toujours par une exploration traditionnelle, au niveau du cortex , ( un “oui et un non” clairs, pour le cerveau) puis (quelquefois déjà lors de la première séance), je fais mettre une main sur le ventre, au niveau du nombril, et je relance le questionnement à ce niveau-là , pour mettre en conscience ce 2ème cerveau, et l’axe intestin - cerveau! Cela me permet d’aller dans la profondeur et la subtilité et de laisser vibrer et résonner cette énergie qui vient du ciel et qui demande à s’enraciner ! C’est très pertinent pour les enfants actuels, et pour tous ceux qui ont un profil avec un cerveau droit prédominant.

La main au niveau du nombril - sorte de racine interne - active le mystère de notre conception et le grand mystère de la Vie. C’est une manière de revenir à l’origine. Qu’est ce qui fait que nous sommes là, dans cette histoire de vie-là ? Comment, dans cette incarnation, développer nos racines et nos ailes ? Quelle belle histoire !

Le défi des enfants actuels et hypersensibles , c’est d’intégrer la matière et le corps, et d’accepter leur choix d’incarnation, ainsi que les contraintes de la matière et de la vie terrestre. Ils ont besoin de développer des racines solides, profondes, afin de se sentir en sécurité sur la terre, et sans peur de perdre les connexions avec les mondes subtils. C’est un véritable travail d’in-corporation (s’installer dans le corps, le coeur et le ventre), entre Terre et Ciel, et de descente dans la matière.

Le rôle des parents, des éducateurs, des enseignants, des thérapeutes face à ces enfants hypersensibles est d’apprendre à être dans l’ouverture, et les nourrir, non seulement intellectuellement, mais émotionnellement, énergétiquement, vibratoirement !

Mon rôle en tant que thérapeute est de les accompagner dans ces subtilités. Le plus souvent, je ressens ces enfants comme étant des guides pour éveiller ma conscience. Je reste admirative devant leur potentiel et leur immersion avec les mondes d’en haut et suis pleine de gratitude d’avoir la chance d’en rencontrer autant !

Si vous avez lu cet article avec intérêt, je vous invite à vous questionner si vous aussi, ne seriez pas un brin hypersensible ! Mon constant est que le plus souvent, les parents qui m’amènent des enfants avec un profil d’hypersensibilité le sont également !!! A vous de voir comment cela résonne en vous !!!

Merci pour vos partages et surtout vos commentaires sur ce sujet un peu “audacieux” !

Merci à mes amies

  • Stéphanie Zuppinger, (www.espacepouretre.ch) qui, lors d’une rencontre entre amis thérapeutes, nous a partagé cette idée de travailler au niveau du 2ème cerveau

  • Aline Fridez, co-animatrice de l’atelier “Enfants (Hyper)sensibles : comment leur donner des racines et des ailes” . (www.tombeduciel.ch).

Les prochaines dates des ateliers sur les “Enfants Hypersensibles”

  • vendredi 27 septembre, région de Besançon (à Roche sur Linotte)

  • samedi 28 septembre, à Bienne

  • samedi 5 octobre, région de Nîmes

  • samedi 12 octobre, à Ajaccio

    Autres cours sur : www.kinessence.ch/les-cours

Lectures conseillées :

  • “Le charme discret de l’intestin”, Giulia Enders

  • “A fleur de peau, le roman initiatique des hypersensibles”, Saverio Tomasella

LE POIDS DE NOS ANCETRES

 

Si nous avons la chance d'avoir un bon métabolisme et un bon feu digestif, nous ne serons probablement pas sujet aux prises de poids.

Mais quelquefois dans notre vie, nous mettons beaucoup de soin pour ne pas prendre de poids  ou pour en perdre. Quelquefois, malgré toute notre bonne volonté et malgré un travail sur nos émotions et un plan alimentaire pertinent, cela ne fonctionne pas.

 Rageant, non ? 

Et si certaines de nos petites rondeurs et certains de nos  kilos en trop étaient en lien avec nos ancêtres ?  Ce serait bien arrangeant, vous en conviendrez !

IMG_7901.JPG

Revenons tout d'abord à notre corps. La digestion concrète des aliments ingérés et la digestion émotionnelle de nos histoires se passe au niveau de l'estomac. Le mot « digestion » nous indique que l’on a à gérer deux fois (di-gérer).

Le bol alimentaire continue ensuite son trajet dans l'intestin grêle. Long de 6-7 mètres, il est chargé de trier les informations nutritives, de les assimiler et de les intégrer. Les déchets seront évacués par le gros intestin, chargé en quelque sorte de laisser partir l’ancien pour faire de la place pour du neuf. En Médecine Traditionnelle Chinoise, l’intestin grêle et le gros intestin ont fonction de « 2ème cerveau ».

Et nos ancêtres dans tout ça ? Qu'ils nous soient connus ou inconnus, ils nous lèguent, bien malgré eux, des programmes qui ne nous sont pas forcément bénéfiques. Ils ont été les acteurs de leurs histoires, tout comme nous sommes les acteurs des nôtres. 

Mais alors ? Dans quelle région du corps sentons-nous que nous portons le poids de nos ancêtres ? Sur nos épaules, évidemment. Et ceci, même si nous le stockons ailleurs   (sur nos cuisses, autour du ventre …)

Le décodage de certains points de méridiens le confirme (cf : « le corps point part point » de Dr Gérard Athias).

 

11 IG : «  je porte le poids des ancêtres sur les épaules »

15 GI: « j’ai porté le poids des fautes de ma généalogie sur mes épaules »

Incroyable , non ?

Le plus souvent, nous n’avons pas  le corps que nous aimerions avoir, mais nous avons le corps que nous avons besoin d'avoir, et celui-ci vient en réponse à une histoire de notre clan. Le jour où l'histoire de nos ancêtres est pleinement intégrée, elle peut être éliminée. Alors, à cet instant, nos rondeurs, à cet endroit-là, n'ont plus de raison d'être. 

Plus d’infos sur ce sujet passionnant,  dans le stage « comment le poids transgénérationnel impacte notre silhouette »

http://www.kinessence.ch/cours/

.