huit couché

UN APPEL VERS LA FLUIDITE :

Dans ma pratique en tant que kinésiologue professionnelle et praticienne de Brain Gym,  j'affectionne particulièrement 2 exercices : les mouvements croisés et les huit couchés. Le premier nous enseigne quelque chose autour de la co-ordination et de la verticalité, alors que le second nous emmène vers l'exploration de la fluidité et de l'expansion.  

C'est du huit couché dont j'ai envie de vous parler aujourd'hui. Il y a pour moi une richesse incroyable dans ce symbole de l’infini, et on peut adapter cet exercice en fonction de l’âge de l’apprenant et ainsi créer du sur-mesure :c'est la clé pour aller vers l'expansion de son propre potentiel.

La constante, c'est que cet exercice nous demande de nous placer au centre, puis de développer à égalité l'exploration de la gauche et de la droite. Le Brain Gym traditionnel nous propose le huit couché pour les yeux, dans lequel on place le pouce au niveau du nez, ensuite de quoi on dessine une boucle alternativement sur un côté et sur l'autre. Mais impossible à mon sens de vérifier que les boucles sont à égalité si on le pratique seul... et aucune trace n'est réellement visible puisque ce huit se développe en l'air. Il est, par conséquent, difficile, de s'améliorer si l'objectif est de développer une latéralité  équilibrée, sans prédominance d'un côté ou de l'autre.

Et pourtant, il a de nombreuses vertus : 

  • il intègre les champs visuels droit et gauche et permet ainsi de traverser la ligne médiane sans interruption
  • il active le cerveau pour une vision binoculaire et favorise l'intégration hémisphérique
  • il améliore la vision périphérique et la coordination entre l'oeil et la main
  • il permet, selon Paul Dennison, (concepteur du Brain Gym) une amélioration de 70 % dans les tests.

Pas mal, je reconnais ! Mais cela me laisse un peu sur ma faim et j'aime à penser que ce symbole nous propose une exploration sans fin ! 

Pour tout ce qui est du domaine scolaire et amélioration des capacités cognitives (écriture, mémorisation), je privilégie des huit couchés qui laissent des traces et /ou qui incluent la densité du corps. Je l'intègre aussi de manière énergétique mais dans d'autres domaines d'application (ce sujet sera développé dans un autre billet !)


Quelques variations du huit couché, en fonction de l'âge  :

En phase de pré-apprentissage scolaire (3-5 ans) : l’essentiel est que l’enfant apprenne à habiter pleinement son corps, qu’il reconnaisse comment se connecter à ses organes sensoriels, et surtout qu’il s’enracine profondément pour être solide et confiant en toute circonstance.

a. version bricolage : l’enfant crée son propre huit, sur un grand carton, avec de la laine ou un tissu. Il le place devant lui et intègre le tracé du huit, en le touchant avec l’index. La tête reste immobile, ce sont les yeux qui travaillent.  L’objectif, c’est d’intégrer que l’on est plus efficace si l’on commence une activité en étant tout d’abord centré (et concentré). Progressivement, le passage du centre (et de la ligne médiane de notre corps) va se faire fluide.

b. suivre le fil : marcher sur une corde que l’on aura placée au sol, en respectant la forme du huit couché. On commence par le centre, en prenant quelques bonnes respirations. Le but est d’intérioriser progressivement ce signe de l’infini, en le reproduisant par la marche, et ceci sans être obligé de regarder par terre. C’est le bas du corps qui va permettre d’intégrer la fluidité du huit. On peut aussi plier légèrement les genoux, pour accentuer l’enracinement.

c. dans le creux de la main ou autour du nombril : ici c'est la  maman qui dessine le huit, et l’enfant reçoit cette belle énergie de fluidité. Cette imprégnation tactile fonctionne comme une inscription dans le corps et amène une sensation de sécurité, sécurité par rapport à l'amour circulant entre une mère et son enfant. Il est conseillé de toujours commencer le tracé du huit vers le haut, et vers la gauche, comme si, symboliquement on voulait intégrer le coeur et se relier au miracle de la vie. 


En âge de scolarité (6-8 ans) : c’est une période intense et riche pendant laquelle les enfants vont être soumis à beaucoup de choses nouvelles à intégrer. De nombreux enfants vont souvent souffrir  de devoir rester immobiles sur leurs chaises. C’est à ce moment qu’ils risquent de se bloquer ou de se figer dans leurs corps, en dissociant la tête et le corps Il sera bon de privilégier la fluidité, surtout au niveau du bassin.

En dehors de l’école, à la maison : pour entrer dans la densité corporelle

a. debout, bouger le bassin en reproduisant la forme d’un huit. Comme une danse libre et fluide, à la manière d’une algue au fond de l’eau.

b. debout, pour améliorer la posture d’ancrage et la conscience du bassin comme un réceptacle d’énergie. Bouger comme avec un cerceau qui irait des pieds vers le bassin et du bassin vers les pieds.

c. debout, passer une balle autour des pieds en reproduisant le 8. On peut utiliser les 2 mains.

d. en l'air, en réunissant les 2 mains devant soi, dessiner un huit couché, en partant d’abord sur la gauche. Garder l’axe et éviter que la tête ne bouge sinon les yeux ne feront pas leur travail. En veillant à laisser de l’espace au niveau des aisselles et des bras, on évite d’être coincé et on se sent comme libre. Cela va être indispensable pour écrire.

A l’école et à la maison :  

e. le  « balancement – bercement » : version adaptée du « balancement » de Brain Gym. En position assise, à même le sol, et en sentant les ischions, se laisser balancer. Dans un mouvement conscientisé qui rappelle celui du huit. Ce n’est pas la tête qui contrôle le mouvement mais c’est la vie dans le corps qui donne l’impulsion du mouvement. C’est un peu comme si on flottait. C’est plus simple si on ferme les yeux ! Cette manière de pratiquer va nous rappeler le temps de vie intra-utérine, quand nous étions libres dans notre corps, et quand nous flottions dans cet océan d’amour inconditionnel. En réactivant l’énergie dans le bassin, on relance le liquide céphalo-rachidien, qui va nourrir les neurotransmetteurs. On comprend ainsi que dès qu’on bloque le corps, le cerveau ne peut pas être nourri correctement. Cet exercice est facilement adaptable en classe, car il peut être très discret tout en restant très efficace. Assurément un de mes exercices préférés, qui nous reconnecte à l'essentiel : la vie en nous ! 

f. pour fluidifier la lecture et l'écriture : fermer les yeux et tapoter la forme du huit, autour des yeux, comme s'il s'agissait de lunettes. Le contact tactile va en même temps détendre cette zone et mettre l'attention sur le visuel. Comme à l'habitude, le geste commence au centre, c'est-à-dire sur l'espace du nez qui se situe entre les sourcils.

Idem, mais les yeux ouverts, ceux-ci devant suivre le tracé des doigts. Les yeux vont être obligés d’aller dans toutes les directions et vont ainsi ouvrir plein de zones cérébrales !!!

8.PNG

Sur papier, en mode graphique : pour respecter la progression, débuter avec la version du huit couché « entre les lignes ». Dessiner le centre, entre les lignes, puis une première boucle qui monte vers la gauche, touche la ligne supérieure, redescend et touche la ligne inférieure, croise au centre et repart vers le haut, pour terminer en touchant la ligne inférieure. L’idéal est de passer plusieurs fois sur le trajet et d’améliorer la symétrie des boucles. Le but, c’est de forcer les yeux à travailler à égalité et à collaborer.

 

8.3.PNG

Ce  huit montre une difficulté dans le centrage : l'enfant, spontanément, ne se place pas au centre avant de déployer le huit couché. Il y a aussi une inégalité de traitement des 2 hémisphères : les 2 boucles ne sont pas égales et la gestion cérébrale démontre une prédominance d'un hémisphère sur l'autre.

 

Selon la maturité cérébrale de l'enfant, les boucles expriment assez souvent des déséquilibres mais la pratique permet de progresser. Ce qui se voit sur le papier, c'est qui se passe dans le cerveau. Or il est important de garder des traces pour valider la progression et renforcer ainsi l'estime de soi et la confiance.

Intéressant également de s'exercer avec la main non dominante, pour créer de nouvelles connexions cérébrales et dépasser ce qui nous semble impossible. Vous serez surpris de constater que si on pratique avec notre main non dominante, on est capable d’écrire avec cette même main, soit plus vite, soit mieux ! Cessez donc de vous limiter à ce qui vous semble impossible ! Passez à l'action, observez sans vous juger et progressez ! 


Pour les 9 -12 ans : dans cette tranche d’âge, l’école impose de plus en plus sa vision « cerveau gauche » avec une préférence pour l’intelligence logique, de détails et d’abstraction. Ceux et celles qui sont plutôt créatifs et avec une vision plus globale risquent de galérer… Il suffirait de les inciter à pratiquer quelques exercices de la ligne médiane (Brain Gym), pour avoir la collaboration de leurs deux hémisphères.

8.5.PNG

a. la ballade en huit est idéale pour booster la mémorisation : se mettre au centre, puis déambuler sur la forme d’un huit, en apprenant sa leçon (à haute voix) ou en vérifiant que l’on connaît sa leçon sur le bout des doigts. Ce qui est étonnant, c’est que le flux de la marche va s’interrompre à chaque fois que les informations ne sont pas suffisamment intégrées. C’est donc un excellent indicateur pour retravailler ce qui n’est pas suffisamment su et pour se remettre en mouvement

b. en version ballade ou graphique, pour intégrer un objectif 

Je reste centré et concentré, tout en me déplaçant et tout en m'ouvrant à de nouvelles possibilités. 

Je suis le centre et je suis le flux.

c. dans une dimension symbolique : dans le huit couché, la boucle de gauche peut représenter le passé et la boucle de droite, le futur, le centre étant l'instant présent. On peut donc renforcer l'intégration de ces 3 dimensions temporelles avec la phrase : j'intégre les évènements passés et je fais confiance à l'avenir tout en étant dans le présent.

 

papillon.PNG

Ma conclusion : osez donner libre cours à votre créativité ! Partez à l’aventure avec ce huit couché !

Réveillez votre potentiel ! Amusez-vous, envolez-vous … !

Belle lecture à vous et excellente mise en pratique

 

 

BRAIN GYM et NEUROTRANSMETTEURS

Le stress est l’ennemi no 1 de la réussite.

Si un peu d’adrénaline va soutenir nos défis, trop de cortisol peut empêcher la réussite de ceux-ci.

Sous stress, le cerveau reptilien et son cortège d’automatismes et de réflexes prennent le relais, privilégiant la survie plutôt que l’accès à notre potentiel. Nous perdons la faculté d’agir intelligemment et consciemment pour être dans un mode de réactivité et de survie ! Nous allons fuir ou lutter, perdant ainsi notre fluidité.

Pour sortir des blocages, je vous propose ici quelques mises en mouvement, issus du Brain Gym, mais dans une version inédite et innovatrice et faisant des liens avec les neurotransmetteurs.

Commençons par un petit rappel sur notre cerveau :

Notre cerveau est composé de 3 étages : (de bas en haut)

1.      Le cerveau reptilien, responsable de notre survie

2.      Le système limbique (en lien avec nos émotions et zones de la mémoire)

3.      Le cortex, ressemblant étrangement à un cerneau de noix, composé de deux hémisphères et d'une zone de transfert entre les deux.

capt.cortex.blog.PNG

Le cerveau, c'est avant tout une centrale électrique, dans laquelle neurones, axones, dendrites et neurotransmetteurs (NT) ont un rôle bien défini.

Les neurotransmetteurs, sortes de médiateurs chimiques, sont soit excitateurs, soit inhibiteurs. Ainsi, l'acétylcholine et la dopamine , accélérant l'influx électrique, participent à la mémorisation et à l’apprentissage, alors que la sérotonine et le GABA prennent part à la gestion du stress et du sommeil, régulant les actions excitatrices des autres NT.

Mais ce n'est pas tout : on peut voir un lien entre le NT, son lieu de production dans le cortex et une mémoire spécifique.

J'ai choisi ici de porter mon attention sur la dopamine et le GABA, et de les mettre en lien avec des exercices de Brain Gym. (une 2ème partie viendra compléter cette information)

Commençons par la détente, avec le GABA. Anxiolytique naturel, il possède un effet apaisant et stabilisateur sur le cerveau, empêchant d'être survolté et  par conséquent, inefficace. L'exercice qui entre en résonance avec le GABA est une variation du huit couché, que j'ai intitulé la BALLADE EN HUIT COUCHE.

Inspiré du Brain Gym, l'intention est de sortir des blocages qu'aurait pu créer le stress et de retrouver la fluidité. Bien évidemment, cet exercice peut se faire à titre préventif. Le symbole du huit couché (lemniscate) représente l’infini. 

Se balader sur la forme du huit couché va nous mettre dans un état méditatif, de par la répétition incessante du mouvement et de son flux continu. Commencer et terminer par le centre, en étant conscient que c'est à a la fois un lieu de passage et de centrage. Veiller à ne pas laisser le regard tomber en direction du sol, mais garder les yeux devant soi. On aura ainsi une forme de rencontre entre la verticalité de la posture et l'horizontalité du regard. 

Cette variation en ballade implique principalement les jambes et favorise une expérience d'enracinement et de détente. Le rythme répétitif des pas fait progressivement écho à nos battements de coeur et notre pulsation interne peut comme ralentir. 

La ballade en huit est l'idéale pour l'apprentissage par coeur à haute voix. Ceci d'autant plus qu'elle va activer le GABA, lequel est produit dans les lobes temporaux (en-dessus des oreilles) et en lien avec la mémoire verbale. Ce qui est fantastique, c'est qu'automatiquement le mouvement de la marche va se stopper, faisant comme un arrêt sur image, quand l'information à savoir sur le bout des doigts n'est pas suffisamment intégrée et sue. Cette manière de superposer le mouvement à la mémorisation est très efficace pour tous les apprenants kinesthésiques : elle permet de vraiment in-corporer (de mettre dans le corps) la connaissance.

Le manque de GABA se manifeste par des réactions impulsives ou agressives, une tendance à beaucoup gamberger et à perdre ses moyens. Ainsi que des difficultés de concentration et des maux de dos au niveau des trapèzes.

Du côté des NT excitateurs et boostants,  c'est la DOPAMINE qui est en tête. Ce NT joue un rôle dans la motivation physique, morale, psychique et favorise un esprit vif et alerte. La dopamine nous permet de concevoir un projet et d’avoir envie. La dopamine est associée avec deux autres NT :  la noradrénaline,  qui permettra la concrétisation du projet. Et l'adrénaline, nécessaire à la motivation et à l'excitation menant à la réalisation du projet. Un excès d'adrénaline peut créer trop de stress alors qu'en cas de déficit, le projet n'aura pas la force d'aboutir.  

La dopamine est impliquée dans la mémoire de travail et elle est en relation avec les lobes frontaux, lieu de notre intelligence de raisonnement, nous permettant d'affronter et de nous confronter, de manière sensée, à des situations diverses. 

Le manque de dopamine se manifeste par une fatigue excessive, un épuisement, une perte d’envie de construire,  une absence de motivation et de projets, de la procrastination et de l'irritabilité, des troubles déficitaires de l’attention et hyperactivité...

L'exercice du Brain Gym permettant le plus d'activer la motivation et en plus, en lien avec les lobes frontaux, est, à mon sens, le CROSS CRAWL. Tous les kinésiologues connaissent les MOUVEMENTS CROISES, mais je vous propose d'en découvrir de nouvelles facettes. A vous d'expérimenter et de découvrir, par vous-même, qu'il y a une réelle différence.

Les mouvements croisés permettent de faire collaborer les deux hémisphères cérébraux, et ainsi, d'avoir accès de façon simultanée à nos intelligences créative et logique. L'espace du corps calleux, situé entre les deux hémisphères, va pouvoir jouer son rôle de transfert de l'information. Le passage de la ligne médiane va reproduire le fonctionnement croisé propre à notre cortex (l'hémisphère gauche contrôle le côté droit du corps , et vice versa).

Je vous livre quelques clés pour créer la différence : démonstration sur YouTube  https://www.youtube.com/watch?v=dOUwnegxkpQ

- une conscience posturale, favorisant à la fois l'enracinement et l'allongement du corps, avec un temps de passage au centre, et retour à la verticalité et alignement (et non pas un corps recroquevillé sur lui-même). 

- une attention soutenue sur la respiration, avec une cohérence dans le rythme respiratoire lié à l'inspire et à l'expire (et non pas une absence de respiration ou une respiration chaotique)

- un regard dirigé vers un centre ou au centre d'un X (et non pas des yeux qui s'échappent n'importe où)

- une lenteur et une maîtrise de la gestuelle, avec un développement de la proprioception (et non pas une forme d'agitation dans un pur esprit de gymnastique et de simple latéralité)

Ma vision du Brain Gym, telle que je la propose dans mon livre GENIAL, J'Y ARRIVE ENFIN (www.kinessence.ch /le-livre) est nourrie par mes pratiques énergétiques de Qi Gong, yoga et calligraphie, ainsi que par ma pratique du piano. Elle est le fruit de 15 ans d'expérience avec de nombreux enfants en difficulté scolaire.

Le Brain Gym est aussi l'idéal pour les adultes et facilite la gestion du stress et l'accès à notre plein potentiel. Il permet d'éviter que le cortisol ne prenne le dessus et ne s'installe de façon permanente. Il permet de trouver un bon équilibre entre l’investissement et l'engagement (mise sous tension) et le relâchement et la détente.

Que chaque jour vous permette de vous déployer autour de votre aXe de symétrie et de prendre de l'eXpansion.

Pour plus d'infos sur le Brain Gym et les Neurotransmetteurs : www.kinessence.ch / cours (prochain cours : le samedi 14 janvier 2017) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

by EXOSTIVE